In Hindsight – A compendium of Business Continuity case studies

Edité par Robert A Clark

In Hindsight réfléchit à une série de catastrophes du point de vue de la BCM (management de continuation d’activitées). Certaines organisations ont gagné, d’autres pas. Cinq organisations n’étaient pas préparées et ne l’ont pas fait. Un sixième a réussi grâce à une chance extraordinaire. Certaines catastrophes ont eu des proportions et des conséquences extraordinaires. D’autres sont restés locaux. Les causes varient, allant de la malchance brutale comme les actes de Dieu aux éruptions volcaniques qui l’accompagnent, à des choses qui pourraient être évitées, comme le Herald of Free Enterprise, dans lequel un doigt peut être clairement indiqué.

Les autres causes de la nature humaine sont le manque de perspicacité ou une mauvaise gestion, les profits excessifs, la stupidité, la terreur… Toutes ces choses ont en commun qu’elles sont à l’abri dans de nombreuses organisations.

Les conséquences peuvent être tout aussi diverses: dommages environnementaux, décès, problèmes de sécurité et de santé, crise économique mondiale, poursuites judiciaires …

Cette diversité de sujets rend le livre très approprié pour ouvrir les yeux des gestionnaires et des conseils d’administration.

L’avant-dernier chapitre souligne également l’importance des petites étincelles: fraude, cyber-attaques, mécontentement des employés, médias, petits et grands incendies, y compris chez les voisins, planification insuffisante de grands projets, violations de la sécurité des informations telles que vol de données, inondations, maladies, etc.

Le dernier message, peut-être le plus important, est une citation de Vince Lombardi, un ancien footballeur Américain, qui a déclaré: « It’s not whether you get knocked down; it’s wheter you get up « . Et cela inclut la préparation.

Manu Steens

Manu travaille au sein du Gouvernement flamand dans la gestion des risques et la gestion de la continuité des activités. Sur ce site Web, il partage ses propres opinions sur ces domaines et sur des domaines connexes. Depuis 2012, il travaille au Centre de crise du Gouvernement flamand (CCVO), où il a progressé en BCM, gestion des risques et gestion de crise. Depuis août 2021, il est travailleur du savoir pour le CCVO. Depuis janvier 2024, il travaille au Département de la Chancellerie et des Affaires étrangères du Gouvernement flamand. Il combine ici BCM, gestion des risques et gestion de crise pour créer une forme de gestion de la résilience sur mesure répondant aux besoins du gouvernement flamand.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recent Posts